Download in HD

Aya de Yopougon

Long-métrage d'animation de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie Animation 1 h 24 min 17 juillet 2013

Aya est une jeune fille ivoirienne qui préfère étudier que sortir faire la fête. Mais quand sa meilleure amie tombe enceinte, les choses se gâtent vite dans ce quartier d’Abidjan.

Aya de Yopougon est l'une de mes bandes dessinées favorites. Comme je fus agréablement surprise de découvrir qu'elle avait été adaptée en film d'animation !

Quel bonheur de se plonger à nouveau dans l'univers coloré et réjouissant de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie. L'animation et la bande musicale ont permis d'ajouter encore plus de profondeur à une œuvre déjà pleine de vie : chansons populaires, soirées dansantes, visages expressifs... Le doublage des personnages est quant à lui un pari merveilleusement réussi - les voix sont d'une clarté et d'une justesse exemplaires, et l'incorporation des us de langage ajoute au réalisme de l’œuvre. Le dessin est tout à fait fidèle à la BD, du trait jusqu'au couleur, et l'on est immédiatement saisi par la chaleur de Yopcity, la joie de vivre de ses habitants. (Le DVD montre d'ailleurs, en extra, le travail minutieux et passionné des acteurs et des dessinateurs).

Comme dans la BD, de multiples tranches de vies sont esquissées. De la problématique de l'émancipation féminine à celle de la discordance familiale, la vie quotidienne ivoirienne au crépuscule des années 70 résonne encore dans nos cœurs aujourd'hui. Bintou, la "go choc" recherche désespérément un homme qui la mérite ; Moussa, le fils à papa, tente d'échapper aux injonctions de son géniteur... Et Aya, au beau milieu de ce charivari, s'évertue avec sagesse à apaiser et réconcilier son entourage... ce qui s'avère loin d'être une mission facile ! Mais la gravité ne cède jamais au désespoir : chacun garde le cœur léger, et les auteurs ne se laissent pas de faire de l'humour... Et leur rire nous gagne !

Ce que je reprocherais au film, sans pour autant le blâmer, c'est sa brièveté. La BD originale était longue, vaste, et le film ne retient qu'une infime partie de ses moments forts, et évince de nombreuses aventures. Il était impossible, en à peine 1h30, de déployer la quantité d'intrigues secondaires et d'évolutions de personnages qui parcourent cette œuvre. Malheureusement, pour qui n'a pas lu la BD, le film semblera incomplet, l'intrigue peu claire, et son déploiement trop précipité. L'histoire d'Aya, la protagoniste, fil directeur et point de repère, est relégué au second plan, ce qui ne nous permet pas d'apprendre à la connaître aussi bien que dans la bande-dessinée. Les intrigues secondaires, en satellites, ne parviennent pas à former un tout cohérent. Et beaucoup de nœuds narratifs restent sans résolution, ce qui peut laisser perplexe et frustrer légèrement.

Le film me laisse, hélas, sur ma faim, et me fait regretter l'absence d'une suite, ainsi que la disparition de mes personnages favoris : Albert, Innocent... qui y font simplement office de figurants.

Je ne souhaite pas pour autant achever cette critique sur une note négative, et conseille vivement ce film aux lecteurs de Aya qui souhaitent renouer avec son univers haut en couleur. Je le recommande aussi à ceux qui ne l'ont pas lue, mais leur conseille chaudement de découvrir l’œuvre intégrale.

Aya de Yopougon est un film frais, coloré, et regorge de surprises. Son acuité ne cède jamais à la lourdeur, et l'on garde le sourire aux lèvres du début jusqu'à la fin.

streaming film complet