Download in HD

Les Évadés de la planète des singes

Film de Don Taylor Action et science-fiction 1 h 38 min 21 mai 1971

Cornélius et Zira parviennent à retourner vers le passé, et débarquent au XX° siècle à Los Angeles. Ils y subissent les mêmes tourments que Taylor sur la « planète des singes », et découvrent petit à petit quels événements conduiront à la fin de la civilisation humaine et à la domination simienne...

Troisième film mis en chantier dans le sillage de la Planète des singes et de sa suite directe le Secret de la planète des singes, les Evadés de la planète des singes propose une vision différente qui n'est pas très ancrée dans la science-fiction, et en jouant une nouvelle carte dans cette saga : l'humour. Le processus inversé voit Cornélius et Zira accompagnés d'un troisième singe, le Dr Milo, débarquant sur Terre en 1971, où l'accueil des humains se veut moins carcéral et brutal que celui qu'avait reçu l'astronaute Taylor incarné par Charlton Heston. Leur planète a été apparemment détruite si l'on se réfère au final du Secret de la planète des singes, on peut considérer que c'est une suite logique, mais des incohérences laissent pensif : en effet, le vaisseau dans lequel arrivent les 3 singes est-il celui de Taylor ? or on sait qu'il a coulé au fond d'un lac de la zone interdite, très endommagé, a-t-il été repêché puis réparé ? quand on voit le degré d'avancée technologique des singes dans le premier film, on peut sérieusement en douter. Quoi qu'il en soit, l'intérêt du film repose sur l'humour et les nombreux clins d'oeil amusants sur l'american way of life et la vie de couple dans cette Amérique de 1971 ; il y a d'abord dans la première partie, la stupéfaction des humains devant des singes qui parlent, et on peut déceler au passage quelques légères allusions religieuses et sociales, le but est d'opposer l'humain et l'animal dans une sorte de choc de civilisations, avec en seconde partie une étude scientifique qui vire à la dramatisation (le personnage de Ricardo Montalban récupérant "l'enfant" qui fera tout basculer. La 20th Century Fox ayant encore réduit le budget, on aurait pu craindre un film bancal et mal foutu, mais Don Taylor (ancien acteur passé à la réalisation) s'en sort pas si mal. Il est quand même honteux de voir avec quelle désinvolture la Fox a considéré cette suite, elle a engagé un réalisateur docile et habitué à travailler avec peu de moyens, elle a casté pratiquement que des acteurs de télévision : outre Roddy McDowall et Kim Hunter qui reprennent leurs rôles, on trouve Bradford Dillman, Eric Braeden, Albert Salmi, William Windom ou Jason Evers (ces 2 derniers vus notamment dans la série les Envahisseurs), sans oublier Ricardo Montalban qui n'avait pas encore rejoint L'île fantastique. Enfin, l'équipe de maquilleurs a été sérieusement réduite vu qu'il n'y avait que 2 acteurs à maquiller, le troisième singe Milo incarné par Sal Mineo fut "tué" à la demande de l'acteur qui ne supportait plus les 3h de maquillage. Quant aux décors, ce sont ceux du New York des années 70, donc pas de frais non plus de ce côté, ce qui a permis à la Fox d'atteindre son but : rapporter plus que le coût du film. Sinon, c'est un bon divertissement qui laisse une fin ouverte permettant ensuite d'élargir l'univers simiesque pour un futur plus abrupt et plus inquiétant dans le film suivant, la Conquête de la planète des singes. (RDV dans une prochaine critique)

streaming film complet