Download in HD

The Cove, la baie de la honte

Documentaire de Louie Psihoyos 1 h 34 min 30 septembre 2009

Avec Richard O'Barry, Louie Psihoyos et Simon Hutchins

Après s'être fait connaître dans les années 60 par la série Flipper, l'ex-dresseur de dauphins Ric O'Barry est aujourd'hui un défenseur acharné des cétacés. Avec l'équipe de l'Oceanic Preservation Society, O'Barry entreprend de révéler au monde entier la vérité sur ce qu§il se passe à Taiji, au...

The Cove est un film de propagande, clairement. C’est un film de sensibilisation au massacre des dauphins au Japon, qui vise à encourager la nouvelle génération à l’activisme pour la protection des animaux.

Pour sensibiliser, The Cove utilise tout le savoir-faire hollywoodien en matière de narration et de montage. Tout d’abord, un point de repère fort, un personnage auquel on va pouvoir s’identifier : Ric O'Barry, un vieux et doux monsieur dont on épouse les remords, qui nous conte avec émotion le récit de son apprentissage : il a lancé le business du dauphin en en capturant et en les dressant pour la série Flipper, avant de se rendre compte de la détresse de ces animaux prisonniers et de se lancer dans l’activisme.

Le film excelle dans sa capacité à nous allier aux dauphins, qui sont filmés dans la liberté et la grâce de leur milieu naturel. Il nous propose également des méchants parfaits, les marins de Taiji, plus agressifs et plus fourbes que vingt clones de Mr Mitsuhirato. En face, une super équipe de good guys : activistes, apnéistes, organisateurs de concerts, ingénieurs du son... Une équipe commando capable de s’infiltrer chez les marins pour filmer le massacre des dauphins, tenu secret dans une baie cachée et protégée.

Normalement, un film de propagande agace, par sa volonté de nous convertir à sa vision bien relative du monde, à ses intérêts propres. The Cove n’agace pas, pour une bonne raison, semble-t-il, c’est que ce qu’il nous montre est imparable. Le massacre de milliers de dauphins dans une baie rougie par le sang versé où, picorés par des lances, les animaux se contorsionnent pendant de longues minutes, agonisant dans des spasmes de douleur, cela pose un problème moral évident, qui ne peut être désamorcé, en apparence, que par les efforts surhumains du rhéteur.

Alors, c’est sûr, il y a toute une mystique autour du dauphin, de sa grâce, de sa sensibilité et de son intelligence, qui pourra énerver tous les hommes qui ne sont jamais parvenus à voir de telles choses chez un non-humain. Mais ce romantisme n’est pas celui d’un sophiste manipulateur, mais celui de réels passionnés, qui tentent de faire voir au spectateur ce qu’ils voient eux-mêmes. C’est en cela que ce film est réussi : il permet de changer le regard.

streaming film complet