Download in HD

I Am a Ghost

Film de H.P. Mendoza Drame, thriller et epouvante-horreur 1 h 14 min 1 mars 2014

Avec Anna Ishida et Jeannie Barroga

Les journées d’Emily se suivent et se répètent inlassablement. Prisonnière d’une demeure victorienne, elle apprend par l’intermédiaire d’une médium qu’elle est en réalité un fantôme. Ensemble, elles vont tenter de trouver le moyen pour Emily de passer « de l’autre côté ». Une démarche qui lèvera...

Pour avoir vu (ou subi, selon les cas) pas mal de films d'horreur ces dernières années, je me permets d'affirmer qu'il est particulièrement rare de tomber sur la moindre idée de mise en scène ou de scénario dans ce genre. Même des réussites récentes, comme Sinister ou Conjuring, ne sont que des variations sur des thèmes ultra-déjà-vus. Dès les premiers plans, on sent que ce film sera différent. Le film débute par quelques plans fixes. Sur les différentes parties d'une maison qui paraît très victorienne. Les premiers plans sont vides et muets. Puis on voit une jeune femme, toute de blanc vêtue, se livrer à diverses activités : faire des œufs au plat, lire un livre, fouiller dans un tiroir, faire le ménage, se réveiller, etc. Trois de ces plans laissent déjà supposer que quelque chose ne va pas : on y va la jeune femme prendre un couteau et le tenir comme si elle poignardait quelqu'un ; on la voit dans la salle de bains, la main blessée; enfin, elle se promène dans un couloir et entend une voix qui semble l'interpeller. Puis, les mêmes plans reviennent, avec d'infinies variations, elliptiques. La réalisation, qui semble alors toute simple, parvient quand même à instaurer une ambiance qui se fait progressivement plus lourde. Par une répétition d'actes identiques, par un soin apporté au montage (les plans sont coupés à des moments très précis, d'une façon brutale et mystérieuse), par la bande son très travaillée. Et surtout par toutes ces questions sans réponse qui se posent inexorablement. Quand le récit commence, d'une façon inattendue, la caméra cesse alors d'être fixe. Et nous voilà alors face à un film qui continue d'être surprenant.

Avertissement : je ne suis pas sûr que la suite contienne un spoil, mais je préfère mettre en garde. En même temps, je pense que tout le monde comprend suffisamment l'anglais pour connaître la signification du titre... I am a ghost joue sur une carte inattendue : la psychanalyse d'un fantôme. Et la seconde moitié du film prend des allures surprenantes, à mi-chemin entre psychanalyse et enquête. Pourquoi Emily revient-elle hanter cette maison ? Qu'est-ce qui l'en retient prisonnière ? Pourquoi ces répétitions infinies d'une poignée de scènes ? Le film continue d'évoluer par petites touches. Les mêmes scènes que l'on revoit depuis le début prennent progressivement une allure différente et une signification différente. Les mêmes plans sont vus selon un second regard. Les pièces du puzzle se mettent progressivement en place. Le film joue aussi beaucoup avec l'attente des spectateurs. Le cinéaste sait que son film sera classé dans le cinéma d'horreur, et il s'amuse avec les procédés du genre. Il emploie une mise en abyme fort intéressante, Emily devenant à la fois celle qui apporte l'horreur, celle qui en est victime et celle qui l'observe (comme un double du spectateur).

Bon, le film a bien des défauts (la présence d'un démon un peu ridicule, certes, mais je crois que c'est conçu à dessein). Mais, dans l'ensemble, voilà un film d'horreur original, ce qui est suffisamment rare pour être souligné ; intelligent, ce qui n'est pas fréquent non plus. Et pas horrifique du tout, donc qui peut être vu par tous.

streaming film complet