Download in HD

La Prophétie des grenouilles

Long-métrage d'animation de Jacques-Rémy Girerd Animation 1 h 30 min 3 décembre 2003

Avec Michel Galabru, Laurentine Milébo, Luis Régo

Un nouveau déluge s'abat sur la Terre. Seule, une petite troupe hétéroclite menée par Ferdinand, le Noé d'aujourd'hui, parvient à défier les éléments qui se déchaînent dans la démesure. Humains et animaux sont entraînés dans le tourbillon d'une aventure rocambolesque... La Prophétie des...

La Prophétie des Grenouilles.

En jolie fable qui pose les bases d’une réflexion sur la tolérance et du vivre-ensemble, le film reflète ce monde actuel où la cohabitation dans une société, dans laquelle les opinions divergent, devient de plus en plus difficile.

Car le problème majeur de cette surprenante famille est celui de l’affront des carnivores vis-à-vis des herbivores. Mais Ferdinand le capitaine est catégorique : tous doivent se serrer les coudes s’ils veulent surmonter cette épreuve, en se contentant du peu et en profitant du temps présent dans une ambiance de joyeuse colonie de vacances (malgré les deux clans : carnivores et herbivores).

Il est malgré tout difficile pour les mangeurs de viande de résister à la tentation, et ils peuvent être vus comme la métaphore (un peu clichée) de la société de consommation, des citadins qui en veulent encore et toujours plus, mais qui restent très influençables.

C’est donc une histoire sur la supériorité, sur la loi du plus fort. Or on nous présente ici que l’homme ne peut se prétendre maître de toute chose. Il se laisse dépasser d’une part par les éléments déchaînés (le déluge) ; d’autre part, par les animaux sauvages qui sont naturellement faits pour se défendre et attaquer, contrairement à lui.

C’est l’image d’une petite société complète, qui se marche dessus, qui est ici reconstituée. Elle est menée alternativement par une figure incarnée de la sagesse et de la justice ; puis par la métaphore de l’esprit dictatorial. Comme on peut s’en douter, c’est la bonté qui sort vainqueur de cette histoire. « Rien ne peut justifier la vengeance » : tels sont les mots de Ferdinand, et telle est la morale du film.

D’un point de vue plastique, l’animation est douce et délicate, tout en étant très rythmée. Les plans sont de véritables de tableaux, épurés et avec le strict nécessaire pour l’histoire. Toutefois, l’univers est haut en couleurs, plein de bonhommie et de sympathie.

Le doublage est très naturel et réaliste. De plus, la musique illustre magnifiquement chaque scène, offre un univers différent à chacune d’entre elles. Notamment lors de la nuit du déluge. Aucune parole ne se fait entendre et, plus qu’un déferlement, les vagues dansent et engloutissent le monde.

Cette actualisation de la fameuse Arche de Noé délivre de beaux messages. Nous suivons les péripéties d’une famille (re)composée multiethnique, induisant l’idée de respect de la pluralité et des différences. Et la véritable cruauté vengeresse fait contrepoids à elle-même. Or, on tombe légèrement dans le cliché lorsque la tortue laisse exploser sa folie, rendant ce passage et les raisons de sa vengeance peu crédibles.

Bien que l’émerveillement du début laisse place à un certain ennui vers la fin, , La prophétie des grenouilles reste un joli film d’animation. Tel un "Là-haut" des mers à la française, il initie les plus jeunes à de belles valeurs (sociales, écologiques), et peut faire rêver les plus grands. Alors, oui, on a beau dire que le cinéma français part de plus en plus à la dérive. Mais concernant l’animation, on sait montrer la valeur de notre travail et de notre fibre artistique.

Article à retrouver dans son intégralité sur cinesthesie.fr !

streaming film complet