Download in HD

Détective Conan : Croisement dans l'ancienne capitale

Film de Kenji Kodama Animation et aventure 1 h 48 min 19 avril 2003

Avec Mari Adachi, Fûrin Cha, Megumi Hayashibara

Dans un temple de Tokyo, trois hommes se réunissent secrètement lorsque surgit subitement une ombre noire portant un masque d'Okina qui les élimine un à un, à l'aide d'un arc et d'une épée. Au même moment, à Osaka et Kyôto, deux meurtres sont également commis. L'enquête des forces de police...

Et c'est avec ce titre de critique, digne des plus vieux OSS 117, que je comptais vous aguicher pour cette critique du 7ème film de la license Detective Conan. Une licence de film qui aura produit le meilleur (le 6ème) comme le pire (le 3ème), mais qui on ne sait comment aura toujours sur se rattraper dans le plus mauvais, et ne pas devenir orgasmique dans le meilleur. Une licence coincé donc dans son constant "film sympa", et ce film ne déroge pas à la règle. Car même si Croisement dans l'ancienne capitale puise sa source dans ce qui a fait les plus mauvais films Detective Conan, il arrive à s'extirper de sa condition et à rendre une copie dans la bonne moyenne de sa saga.

Et pour commencer, vu que je parlais d'un film qui puisait dans les pires films Detective Conan, je vais parler de ses défauts. Le scènario d'abord, si ce n'est clairement pas le point faible du film, celui-ci a suffisament de tic insupportable estampillé "Films-Detective Conan" pour que j'en parle ici. Comme d'habitude l'ensemble est assez "facile", si l'enquête générale est plutôt complexe et resiste suffisament pour qu'on ne trouve pas avant la résolution (ce qui n'était pas le cas des 2 premiers, je le rappelle), on a toujours l'impression que tout les petits détails random qu'on nous donne dans la première moitié de film seront réutilisé plus tard, et c'est souvent le cas, que ce soit l'histoire du premier amour d'Heiji, les cachets pour le rhume du professeur, ou la scène d'attente de Ran. Y'a bien quelques trucs introduits qui ne serviront pas forcément, ou juste comme fausse piste, comme ce nouveau détective et son écureil qui au final n'était surement là que pour le quota kawaï du film. Un des autres soucis du scenario est tout simplement sa fin, pas très convaincante, qui enchaine les impasses (comme d'habitude la romance Kazuha/Heiji n'arrive même pas à démarrer, m'enfin pour le coup c'est un problème qui a lieu même dans le manga), voir les moments assez inexplicables (genre ce petit artifice qu'ils font à la fin, qui est ultra rare dans le manga est fait toujours son petit effet, ba là je ne sais même pas pourquoi ils ont choisis cette solution. Grosse grosse deception là dessus). Le second défaut majeur du film sont certains passages de ses combats. Tout d'abord la course poursuite en moto, qui aurait pu être vraiment agréable, mais qui dans le film rend vraiment dégueulasse à cause d'une 3D assez awkward et qui tue toute tentative d'implication. Ensuite certains passages de la fin complètement absurde, comme ce petit passage où Conan saute de flèche en flèche pour faire quelque chose, ça marche peut être dans un jeu-vidéo, mais à voir dans un film c'est juste complètement con.

Mais à côté de ça, ce 7ème film propose des choses assez rares pour l'instant, et qui mérite d'être soulignés. Tout d'abord l'ambiance du film, et de l'enquête, est vraiment ultra maitrisé. Alors que l'action prend une place particulière, le rendant très divertissant, on a pourtant dans l'ensemble une impression d'ambiance douce, relaxante et un point maussade. Quelque chose qui va vraiment à ravir tout du long et qui fait encore forte impression une fois le film terminé. Je pense que tout cela est du grâce au fait qu'au lieu d'enchainer les segments d'enquêtes sans grand liants (comme le 3ème film), on arrive ici à garder une histoire implanté dans une seule unité lieu : la ville de Kyoto. Et ainsi, que ce soit par le biais des différents lieux visités ou par son passé historique, tout le coté japon traditionnel s'insufflera dans l'ambiance pour rendre quelques choses de prenant et réussis. D'ailleurs ce côté visite touristique n'aura jamais été aussi bien utilisé dans une enquête Detective Conan, et c'est clairement celle où on pourrait le plus utiliser l'adage un peu pompeux de "La ville est elle-même un personnage". Second gros point du film, l'action, à part certains que j'ai mis dans les défauts évidemment. Il n'est pas peu dire que ce 7ème film est celui qui se consacre le plus au combat. Que ce soit tir à l'arc depuis une moto, combat de samouraï sur un toit, ou course poursuite sur les voies d'un train, l'action est bourré de moment sympa à voir et le petit combat final entre Heiji et le coupable est très satisfaisant.

En bref, ce film m'a beaucoup donné l'impression d'un film sincère et humble, fait totalement pour les fans de l'anime (à l'inverse du 6ème qui était plus exhubérant et qui pouvait être apprécié par les néophytes). Le film a une histoire assez modeste, mais convaincante, et porté par une ambiance qui fait que j'apprécie vraiment ce film. Pas un chef d'oeuvre, mais à coup sur un petit coup de coeur affectif.

streaming film complet