Download in HD

Amityville, la maison du diable

Film de Stuart Rosenberg Drame et Épouvante-horreur 1 h 57 min 27 juillet 1979

Avec James Brolin, Margot Kidder, Rod Steiger

Cette maison coloniale de Long Island, située au bord de la rivière, semblait absolument parfaite. Pittoresque, spacieuse et abordable, elle représentait tout ce que George et Kathy Lutz recherchaient. Mais les apparences peuvent parfois être trompeuses... La maison de leurs rêves devient vite...

Je comprends que ce soit un classique de l'épouvante. C'est indéniable et on pourra même y voir des références à Lovecraft, bien que cet auteur n'ait jamais cité Satan ou le Diable dans ses oeuvres, sauf pour éventuellement dire qu'ils sont plus faibles que ses démons chtoniens en comparaison (et si une traduction française foireuse a appelé un film adaptant Lovecraft Necronomicon, le Livre de Satan), on peut comparer l'entité qui occupe la maison à celle de L'Indicible : invisible, peu tangible, malfaisante et malaisante.

Si y a le classique du couple de blancs qui s'installe dans une maison où y a des meurtres pour pas cher et #ÇaTourneMal, le mélange de surnaturel et de psychologique (même s'il n'était pas nouveau) est efficace dans Amityville.

Par contre, au début on y croit moyen (parce que c'est un film en crescendo) et on dirait plus que le mari est juste poussé à bout par tout le monde et pas "possédé". Et la présence des prêtres semble limite anecdotique ou pour meubler, même quand il s'agit de montrer la puissance de l'entité de la maison hantée.

Cette maison presque vivante qui serait celle du Diable rappellera aux fans de new wave la chanson The Icehouse qui parle du Démon hantant une maison glacée :

The devil lives inside the icehouse / At least that's what the old ones say / He came along time ago / He came here in the winter snow / Now it's colder every day

Et malgré quelques lenteurs, on a de beaux moments de frayeur (même si la musique est repompée sur Psycho par moments) surtout avec les yeux sans visage (comme les terribles yeux rouges de Jodie - l'amie imaginaire d'une des enfants, similaires à ceux de Freustein dans La Maison près du cimetière) ou les regards terrifiés ou terrifiants des acteurs (dont Margot Kidder qui joue aussi dans Sœurs de sang de Brian De Palma et dans Black Christmas).

Mais la fin me déçoit un peu car je trouve que la famille Lutz se sort trop facilement de cette maison hantée et qu'il y a des concepts mieux exploités dans des films ultérieurs similaires comme Shining et Poltergeist.

On révèle que la maison est construite sur celle d'un sorcier exécuté à Salem en 1666 voire même sur un cimetière indien ... encore un ! Comme dans Poltergeist sauf que c'était plus explicite. Amityville est plus cryptique et indicible et laisse tomber aussi sa psychique Caroline et finit presque de la même manière malgré des tons oniriques qui suggéraient que la tragédie allait tuer les Lutz. Plus une inondation de sang pas si utile que ça.

Et quand est-il de ce "puits" infernal dans le sous-sol qu'il faudrait boucher comme si c'était celui de Poltergeist ou de La Couleur tombée du Ciel de Lovecraft ?

Un film d'horreur surnaturelle et psychologique plutôt bon mais hélas exploitant mal certains de ses concepts qui sont mieux compris dans d'autres films, ce qui casse donc son crescendo et frustre légèrement le spectateur.

streaming film complet