Download in HD

Bastogne

Film de William A. Wellman Action, guerre et drame 1 h 58 min 9 novembre 1949

Avec Van Johnson, John Hodiak, Ricardo Montalbán

Pendant la Seconde Guerre mondiale, près du village de Bastogne, dans les Ardennes, un groupe de soldats américains livre bataille contre les Allemands. Pendant cet hiver brumeux et neigeux, chacun des deux camps va devoir garder le moral afin de continuer le combat. Les allemands, face aux...

Un film de guerre tourné peu de temps après les faits énoncés peut-il être vraiment objectif ? "Battleground", réalisé par William Wellman en 1949 ne l'est sans doute pas ; mais est-ce important ?

Alors que le conflit vient à peine de se terminer, le film revient sur l'un de ses événements les plus marquants, à savoir la bataille des Ardennes qui permit aux soldats US de repousser la contre-offensive Allemande en décembre 44. À première vue, le film peut avoir valeur d'œuvre de propagande, valorisant l'effort de guerre américain et montrant l'Allemand uniquement comme l'ennemi à abattre. Certes le manichéisme est patent mais le film n'est pas pour autant dépourvu d’intérêt. "Battleground" est à voir pour son réalisme : loin de toutes représentations glorifiantes, le film s'attache avant tout à nous montrer la vie du soldat dans toute sa "banalité", dans sa réalité la plus brute. "Battleground" ne ressemble pas tant à un film sur la guerre qu'à un film sur les soldats...un documentaire presque !

La guerre ! Wellman et Robert Pirosh la connaissent très bien : le cinéaste est un ancien de l'Escadrille La Fayette et le scénariste est un vétéran de la Seconde Guerre mondiale. Donc, question réalisme, on peut leur faire confiance. Mais lorsque je parle de réalisme, je ne fais pas référence aux scènes de combat ou aux grandes manœuvres de l'armée, d'autres films traiteront de ces aspects avec précision, par la suite. "Battleground" est un film pratiquement dénué d'action, Wellman préférant se focaliser sur la "drôle de guerre" vécue par ces hommes prisonniers d'un univers de neige et de brouillard, ne sachant pas où se trouve l'ennemi, attendant l'arrivée des renforts, attendant une éclaircie afin que la force aérienne puisse intervenir...attendant surtout d'avoir fini cette putain de guerre pour pouvoir repartir chez eux, en vie ! Le soldat, avec Wellman, ne ressemble en rien à Capitaine América ou je ne sais quel incroyable héros, c'est juste un homme qui se bat avant tout pour sauver sa peau ! Bien sûr, il peut croire en un idéal, mais lorsqu'on est coincé au milieu de nulle part, la trouille au ventre, à la merci d'un ennemi invisible, on pense avant tout à sauver ses fesses.

C'est dans ce réalisme troublant que va baigner tout le film ! Loin des standards hollywoodiens habituels, Wellman nous montre des héros ordinaires qui n'ont rien de surhommes. Il les filme au plus prêt comme pour être en osmose avec eux, épiant leur réaction, leur attente, leur crainte, leur doute... Cet univers enneigé et brumeux, ce "no man's land" au ciel si bas qu'un canal s´est perdu, renforce le sentiment de désolation et d'isolement de ces hommes. Et lorsque Wellman nous montre cette guerre étrange qui se joue, on a l'impression de vivre un drame en huis clos dans lequel le silence est chargé d'une tension palpable et où chaque geste, même le plus anodin, n'est là que pour masquer une angoisse de mort omniprésente. On voit ainsi ces boys tenter de survivre (manger ou dormir relèvent presque de l'exploit), essayer de dissimuler leur inquiétude en rêvant à de beaux voyages romantiques ou tout simplement surmonter leur peur en s'appuyant sur l'esprit de camaraderie.

Avec "Battleground", c'est la dimension psychologique qui prime sur le reste ! Wellman nous montre la guerre dans sa dimension intime ou humaine ; son travail, brillant de sincérité, constitue finalement le plus bel hommage à ces hommes qui sont partis au front. Bien sûr, son film a été tourné avec peu de moyens et l'effet "tournage de studio" se fait parfois sentir. L'absence de vedette de premier plan (même si la plupart se feront un nom après le film) permet de focaliser l'attention du spectateur sur l'histoire avant tout. On est à l'opposer des grandes fresques militaires qui vont rapidement se multiplier, on est surtout très loin d'un "Battle of the Bulge" ! Même s'il n'est pas aussi maîtrisé que son cousin "The Story of G.I. Joe", "Battleground" reste un film à découvrir, au moins pour apprécier son cachet d'authenticité.

streaming film complet