Download in HD

Le Jour où la Terre s'arrêta

Film de Robert Wise Drame, science-fiction et thriller 1 h 32 min 18 septembre 1951

Un alien suggère au peuple terrien qu'il doit vivre en paix ou sinon être détruit et considéré comme un danger pour d'autres planètes.

Quelques années après la fin du plus grand conflit mondial, en pleine montée du climat de guerre froide et de menace atomique, la 20th Century Fox produit The Day the Earth Stood Still de Robert Wise, qui est aujourd'hui devenu un grand classique de la science fiction sur grand écran.

L'histoire est celle de Klaatu (Michael Rennie), un extra-terrestre venu en émissaire prévenir l'humanité du danger qu'elle encourt à développer une « forme rudimentaire d'énergie atomique ». L'extra-terrestre est ici une sorte d'inspecteur, qui vient découvrir l'humanité, établir un premier contact. Le scénario est ainsi un prétexte à la réalisation d'un portrait de l'humanité très peu flatteur.

Le film ne fait pas dans la débauche de moyen. The Day the Earth Stood Still est un film de science-fiction par son sujet, mais impose à l'image une ambiance et des décors qui sont plus ceux de la satire sociale : les plans sur le robot et la soucoupe sont finalement assez rares, rapportés aux nombreuses scènes anodines nous décrivant des conversations triviales entre ménagères apeurées et médisantes.Les êtres humains sont effectivement montrés comme de petits êtres angoissés et stupides, individuellement comme collectivement. Paranoïaques, ils ouvrent le feu sur l'extraterrestre fraichement débarqué de sa soucoupe annonçant qu'il vient en paix. Le film nous décrit une humanité prise dans une tension menaçant de l'emporter ; la guerre froide. Mais la critique émise par le film dépasse de loin ce carcan historique et s'applique à l'humanité toute entière et de tout temps. L'être humain est ainsi mis en scène comme un être profondément suspicieux, sujet à la haine, à la médisance et au recroquevillement. Le constat apparait en filigrane tout au long du film par les discussions menées çà et là par les petites gens. Le film n'oppose pas une élite belliqueuse à un peuple bon mais manipulé : ici, l'humanité toute entière, les enfants exceptés, est montrée comme embourbée dans ses retranchements et dans sa nervosité. The Day the Earth Stood Still est ainsi le film anti-humaniste par excellence.

Egoïstes et vaniteux, les êtres humains, cherchant continuellement leur petit profit, menacent à chaque manœuvre de faire tomber l'humanité toute entière : le message est très appuyé lorsque l'un des personnages clame : « I don't care about the rest of the world ». La dénonciation du film est franche et surprend par son caractère très direct et sans concession : l'humanité est dépeinte comme profondément stupide et belliqueuse, incapable de maitriser sa destinée, livrée aux hasards qui lui impose sa conduite pulsionnelle. Le film laisse toutefois un maigre espoir à l'humanité : l'extra-terrestre, christique, prend le nom de « Charpentier » (Carpenter) pour prêcher son message d'amour chez les hommes, et ressuscite pour leur montrer la voie. Les répliques mémorables et pistes de lectures sont nombreuses. Le film développe même une ambiguïté dans ses derniers instants, lorsque Klaatu impose l'anti-violence par la violence : «It is no concern of ours how you run your own planet. But if you threaten to extend your violence, this Earth of yours will be reduced to a burned-out cinder ». La menace s'apparente étrangement aux propos et comportements des nations perpétuant la menace nucléaire...

Le film a ses faiblesses : il apparaitra maladroit, naïf et même incohérent par endroit. Certaines scènes sont plutôt ratées, comme celle où l'actrice Patricia Neal s'exerce à l'exercice imposé aux « screaming queens ». Mais l'intelligence du propos, le parti pris de la réflexion plutôt que celui du spectacle, sont des qualités rares, qui donnent à ce film toute son envergure.

streaming film complet