Download in HD

Berserk : L'Âge d'or

Long-métrage d'animation de Toshiyuki Kubooka Animation, action, aventure 1 h 16 min 4 février 2012

Avec Hiroaki Iwanaga, Takahiro Sakurai, Toa Yukinari

Midland : un royaume pris, depuis un siècle, dans l'étau d'une guerre sans merci. Sur les champs de bataille, Guts, un jeune mercenaire, lutte pour survivre au quotidien. Malgré son jeune âge, il se bat avec la rage d'un chien fou, déploie une effroyable dextérité et traîne derrière lui une épée...

(Ce titre vous est proposé par l'AAAAAAA, l'Association des Anonymes Accros Aux Acronymes Absolument Aberrants)

Il fallait bien une entrée en matière fracassante (ou pas...) pour présenter un manga aussi imposant et épique que Berserk. Publiée depuis 1989, cette oeuvre de Kentaro Miura dépeint un univers de Dark Fantasy sans foi ni loi où la noirceur des Hommes côtoie la violence de Démons avides de chairs fraîches. Berserk est une oeuvre reconnue et appréciée pour plusieurs raisons : déjà pour son univers mature et viscéral, ensuite pour la qualité de ses dessins/planches qui arrachent sans peine des sourires de béatitude aux lecteurs et enfin pour son protagoniste principal : Guts.

Guts est un combattant. Un guerrier. Un baroudeur des champs de bataille dont l'amour pour le sang et la tripaille n'a aucune limite. Lui seul est capable de se dresser face aux hordes démoniaques qui déferlent inlassablement sur terre. Et il aime ça le bougre ! Armé d'une épée de 2m de long pesant facilement une centaine de kilos, il parcourt un monde désolé, agonisant et sclérosé par la maladie, la famine et les guerres. Ces 3 films racontent la naissance de cet homme. Pas littéralement au moment où il est sorti du ventre éventré de sa mère pendue à un arbre mais bel et bien la naissance du chevalier noir.

A l'instar de la série animée des années 90, cette trilogie réalisée par le Studio 4*C, retrace la petite dizaine de tomes qui forme l'arc de l'Age d'Or et qui pose les bases de l'univers de Berserk. C'est pour beaucoup (/tout le monde ?) LA meilleure partie du manga. La plus humaine, la plus émouvante et surtout la plus traumatisante de toutes. L'âge d'or n'est pas un titre anodin; c'est à la fois en référence à l'ascension de Griffith mais également à celle des Hommes. Après les évènements de ces 3 films, plus rien ne sera jamais comme avant. Y compris Guts qu'on suivra ici de ses premiers faits d'arme en tant que mercenaires jusqu'à son départ en quête de sang et de vengeance.

Que peut-on dire de ces 3 films ? Déjà, ils sont courts. 1h10,1h20 et 1h40 soit grosso modo 4h pour retracer 10 tomes de l'oeuvre de Miura...ce qui est peu ! La conséquence la plus préjudiciable de ce condensé des évènement touche à la relation entre les personnages. Si la relation entre Griffith et Guts bénéficie de tous les soins qu'elle mérite, les autres personnages et leurs interactions sont à peine esquissés. C'est d'ailleurs le personnage de Casca qui pâtit le plus de ce traitement bâtard puisque la relation ambigue qu'elle entretient avec Griffith et Guts apparaît comme surfaite et peu naturelle.

Par ailleurs, en axant les films sur des scènes marquantes de l'Age d'Or (Zodd, la bataille des 100, l'ascension des Faucons, la notion d'amitié selon Griffith) les films font l'impasse sur la psychologie des personnages, et notamment celle de Guts, ce qui a pour effet d'ôter à certains passages leur portée dramatique. Pour qui n'a pas lu le manga ou vu la (très imparfaite) série animée, certaines scènes et réactions semblent sorties de nulle part et c'est un peu frustrant car Berserk est une oeuvre qui vaut certes pour son univers et son ton mature mais également pour l'évolution psychologique des personnages.

Reste que le studio 4*C a produit ici un condensé efficace et bien rythmé qui doit normalement donner envie aux néophytes de s'intéresser à ce manga culte. La réalisation est propre, le dessin est fin et soigné et les animations sont travaillées. Alors certes pour fluidifier l'action le studio a eu recours à des incrustations en 3D un peu déroutantes au début mais on finit par s'y habituer, voire même à les apprécier même si personnellement je suis tout de même content qu'elles ne soient pas trop envahissantes. Enfin précisons que la bande son, en plus d'être en retrait, est décevante et ne fait jamais honneur à la qualité du doublage, que ce soit en VF ou en VO.

Donc est-ce que je recommande cette trilogie ? La réponse est oui ! Mille fois oui ! Surtout si vous ne connaissez pas Berserk et que vous êtes un peu réticents à vous lancer dans une aventure qui comptera bientôt 40 tomes. Ces films ne rendent pas hommage à la violence et à l'horreur Lovecraftienne du manga de K. Miura mais ils permettent de situer les enjeux d'une aventure viscérale et captivante pour qui aime les ambiances et les univers glauques et dérangeants.

Au niveau de la notation c'est ainsi que je procède : -L'oeuf du Roi Conquérant : 6/10 -La bataille de Doldrey : 8/10 -L'éveil : 6,5/10

Dans la mesure où ce billet traite de la trilogie, je lui mets la note de 7/10. Ce n'est pas parfait mais ça reste bien réalisé et sacrément divertissant. Et puis c'est toujours un plaisir coupable de voir Guts se frayer un chemin dans les lignes ennemies en laissant sur son passage des montagnes de cadavres éventrés et démembrés. Bref, Berserk c'est de la tuerie, au sens propre comme au sens figuré. Si vous cherchez une oeuvre noire et sans concession alors ce manga mérite toute votre attention. Une expérience hors du commun qui ne manquera pas de vous marquer....

streaming film complet