Download in HD

Confessions d'une accro du shopping

Film de P.J. Hogan Comédie romantique 1 h 44 min 5 février 2009

Avec Isla Fisher, Hugh Dancy, Krysten Ritter

Dans le monde glamour de New York, Rebecca Bloomwood (Isla Fisher) est une jeune fille qui est vraiment douée pour le shopping, un peu trop peut-être. Elle rêve de travailler pour son magazine de mode préféré, mais n'arrive pas à mettre son pied dans la porte, jusqu'à ce qu'elle déniche un emploi...

Parfois, je me demande comment je peux être un grand fan de film d’horreur et apprécier un film comme « Confessions d’une accro du shopping ». Ce film reste un succès commercial avec ces 108 millions dollars de recette pour un budget de 40 millions. Ce qui reste une assez belle performance pour une œuvre ayant eu autant de critiques mitigés. Sorti en 2009, il surfe sur la vague du diable s’habille en Prada ou encore des séries comme Gossip Girl.

En tête d’affiche, nous retrouvons Isla Fisher, actrice que j’adore malgré sa filmographie en dents de scie. Elle joue, une femme prise dans une spirale infernale à cause de son problème d’acheteuse compulsive. Après, je dis une spirale infernale par rapport à la trame du film. La vie à New-York est vraiment difficile pour une jeune journaliste travaillant dans un grand journal. Pour partager, la tête d’affiche, nous trouvons Hugh Dancy, l’acteur jouant dans Hannibal le rôle de Will Graham. Il va donc jouer le rôle de Luke Brandon, un rédacteur en chef essayant de rendre son journal financier plus attractif.

Voilà donc un film avec des enjeux assez faible mais des personnages attachants. Je sais pas pourquoi mais je reste séduit par ce monde de la mode que je connais d’assez loin. Quand j’étais jeune, je me demandais comment une personne pouvait acheter une robe à plus de 1000 dollars et un jour j’ai travaillé en tant qu’ingénieur dans le monde du cosmétique de luxe et il est vrai qu’on est vite happé par cette industrie. Nous commençons à être séduits par le choix des matériaux de qualité et la possibilité de créer quelque chose de beau. Ce film, nous montre cela avec le personnage de Rebecca Bloomwood qui joue le rôle d’une femme happé par ce monde. Je crois que les détracteurs de ce film vont lui reprocher sa futilité mais il n’est pas plus futile qu’un autre film de type romance. Je trouve ça triste que le monde de la mode possède une aussi mauvaise réputation alors qu’il crée des choses magnifiques avec une fabrication plus humaine que la plupart des grandes marques industrielles.

J’ai fini ma partie hors sujet sur le monde de la mode et si je reviens au film, je peux dire que nous avons une histoire d’amour assez simpliste mais jolie. Nous avons beaucoup de situations drôles et un humour présent tout au long de l’œuvre. L’esthétique reste joli mais assez classique. Je me suis demandé si je dois critiquer le fait que le film est une esthétique plutôt classique mais finalement je pense que non. Le film ne traite pas simplement de la mode mais d’une fille essayant de rallier le monde qui la passionne avec son univers. C’est d’ailleurs cette approche de l’œuvre que j’apprécie particulièrement.

Est-ce que je vais vous recommander ce film ? Oui, car nous avons un film drôle, touchant et avec une certaine ouverture d’esprit. Il ne présente jamais les choses d’une manière radicale et nous montre que tous les univers peuvent s’interconnecter donc ceci constitue la force principale de l’œuvre. Messieurs, Mesdames, n’hésitez pas à foncer sur cette œuvre comme un gilet en cachemire de la marque Hircus à – 50 %.

streaming film complet