Download in HD

La Fée Clochette

Film de Bradley Raymond Animation 1 h 18 min 5 novembre 2008

Avec Lorie, Mae Whitman, Kristin Chenoweth

Dans la Vallée des fées que dirige la reine Clarion, naît la Fée Clochette. Désignée par la magie des lieux comme une fée « bricoleuse », elle souhaite aller dans l'autre monde, celui des humains. Mais la règle de la vallée n'autorise à s'y rendre que les fées de la nature : les fées des eaux, des...

Ce spin-off de Peter Pan, centré sur le personnage de Clochette, est très éloigné du film de 1953. L’action se déroule bien avant Peter Pan, et Peter Pan : Retour au Pays Imaginaire, puisqu’on y assiste à la naissance de Clochette. On n’y retrouve donc ni Peter, ni Crochet, ni les indiens, ni les garçons perdus. On y aperçoit cependant quelques paysages du Pays Imaginaire, puisque la vallée des fées s’y trouve, les fameuses étoiles : « la deuxième étoile à droite, et tout droit jusqu’au matin », et Londres.

Si Clochette garde ses attributs physiques dans cette version entièrement informatisée, soit sa robe, sa blondeur, ses pompons et son petit nez mutin, son caractère est modifié. Ce n’est pas la fée colérique, jalouse et parfois méchante (elle essaie quand même de faire tuer Wendy) du film original. Mais une Clochette enfantine, caractérielle, qui cherche sa voie. Ce changement ne choque pas puisqu’elle est ici plus jeune que dans Peter Pan, et tomber amoureuse de ce chenapan égocentrique de Peter n’a pas du améliorer son caractère ! En revanche, le fait que Clochette parle pourrait en déstabiliser plus d’un. Elle était effectivement muette dans en 1953. Selon Disney, les fées parlent entre elles mais ne peuvent parler aux humains. Explication facile ! Mais comme l’univers de La Fée Clochette est assez éloigné de celui de Peter Pan, on oublie rapidement que Clochette fut muette.

Ce premier film raconte la naissance de Clochette et ses premiers pas de fée. La scène d'ouverture, sa naissance, est d'ailleurs magique. Mais bien sur, cette petite enquiquineuse n’est pas contente de son don et souhaite en changer. Cela ne s’est jamais vu dans la vallée, mais elle essaie tout de même, assistée de ses nouvelles amies : Ondine la fée de l’eau, Rosélia la fée des jardins, Iridessa la fée des lumières et Noa la fée des animaux. Mais si Clochette veut changer de don, c’est aussi parce qu’elle voudrait pouvoir accompagner ses amies dans l’Autre Monde (à savoir le notre, Londres) pour le changement de saison. Chose que les fées bricoleuses ne sont pas autorisées à faire, leur don n’étant utile que dans la vallée. Mais évidemment, Clochette va bousculer tout ce petit monde !

Plutôt lent, ce film est une bonne introduction à la saga (initialement prévue en 4 films, dorénavant en 5). L’animation est de bonne qualité, même si la technique par ordinateur donne toujours un aspect « plastique de bain » aux personnages. Sur une fée ça passe, mais sur un humain, moins bien. Les paysages sont eux, féériques, c’est le cas de le dire. Je suis restée baba devant la Reine Clarion, son aura dorée, ses ailes et sa robe d’or liquide… Le scénario est simpliste mais efficace, destiné aux petites filles, il passe bien auprès des grandes aussi. Par contre pour les garçons, ça risque de faire trop fille justement, pas que ce soit rose bonbon de bout en bout, mais ça manque d’action. Et une fée, ce n’est pas trop masculin. Ceci dit, j’imagine que le personnage de Terence, qui s’épaissit dans la suite de la saga, est là pour ça. Pour permettre aux garçons d’avoir un point d’encrage dans le film. Ils préféreront toujours un film de voitures.

Avec ses gentilles ritournelles, ses animaux tout mignons et sa poussière de fée, La Fée Clochette est un film qui sait charmer les petits, et même les plus grands. Ceux-ci pourront en effet noter quelques références au Peter Pan original. Dont une pas du tout explicite (ironie) à la fin du film…

streaming film complet