Download in HD

Dans la maison

Film de François Ozon Comédie, drame et thriller 1 h 45 min 10 octobre 2012

Un garçon de 16 ans s'immisce dans la maison d'un élève de sa classe, et en fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français. Ce dernier, face à cet élève doué et différent, reprend goût à l'enseignement, mais cette intrusion va déclencher une série d'événements incontrôlables.

La maison de François Ozon est vaste, à tel point qu'il arrive que l'on s'y perde. Jamais là où on l'attend ce touche-à-tout aime varier les plaisirs, quitte parfois à se prendre un peu les pieds dans le tapis.

Sa dernière excursion dans le thriller avait d'ailleurs donné lieu à un beau gadin, avec un "Swimming pool" trop étriqué, trop sérieux.

Alors pour son retour au genre, François n'a pas fait les choses à moitié et a osé. Le garçon est malin, même parfois un peu vicieux, et c'est quand il manipule qu'il est le meilleur. Cette fois Ozon joue avec ses personnages, des poupées, et en fait de même avec le spectateur. Ici on trouve Rapha Père et Rapha Fils, il y a les jumelles et aussi Germain Germain (magistralement interprété par un Luchini redevenu grand comédien et non caricature de lui-même). Et c'est d'ailleurs ce dernier qui, au détour d'une scène, résume parfaitement ce qu'est le film : "Des dialogues percutants et des situations excitantes".

Thriller redoutable à multiples niveaux de lecture, satire sociale grinçante (Chabrol avait sa bourgeoisie, Ozon a sa classe moyenne), réflexion passionnante sur la création, la frustration et la folie qu'elle peut générer, tir à boulet rouge sur l'art contemporain et sa vacuité... "Dans la maison" c'est tout cela à la fois.

Ça part dans tous les sens, ça en fait des tonnes mais c'est tellement bien écrit que ça parvient en permanence à retomber sur ses pieds. Et signe de maturité et de confiance en soi, il y a par instants des fulgurances de mise en scène particulièrement jouissives et inattendues.

En résumé, sur ce coup, tout est bon dans le Ozon.

NB : "François, si tu me lis, et je sais que tu le fais, sache qu'en NBA, un joueur n'est pas exclu pour 5 fautes personnelles mais pour 6. Le thriller est un genre exigeant qui demande de la précision et ne résiste pas à l'à-peu-près. Donc pour cette fois ça passe, mais fais gaffe quand même."

http://www.senscritique.com/film/Potiche/critique/8423640

http://www.senscritique.com/film/Le_Refuge/critique/8625386

streaming film complet