Download in HD

Votez McKay

Film de Michael Ritchie Comédie dramatique 1 h 50 min 29 juin 1972

Au cours des élections sénatoriales en Californie s'affrontent deux conceptions de la politique, l'idéalisme d'un jeune débutant dans la politique et le cynisme d'un politicien d'expérience.

C'est l'histoire d'un avocat qui défend les pauvres et les opprimés, mais surtout les arbres. C'est important les arbres. Fils de gouverneur, il se retrouve embarqué dans une campagne électorale pour être élu sénateur. Démocrate, évidemment, il se retrouve face à un vieux conservateur inamovible, vissé sur son siège depuis de longues années. Mais au final l'idéologie n'aura pas d'importance.

L'intérêt du film n'est pas le côté "documentaire", même si celui ci est intéressant, mais plutôt la capture du lent glissement d'un hippie naïf vers la langue de bois et le cynisme du méchant monde politique. Au départ salué pour sa franchise et son originalité, Mc Kay se retrouve très vite à suivre les directives de ses communicants et à sortir la même soupe verbale pasteurisée que son adversaire. Au fil du film, plusieurs scène le montrent progressivement abandonner le dialogue avec les gens pour passer aux poignées de main impersonnelles, abandonner l'originalité pour entrer dans le moule. Evidemment Mc Kay va se rendre compte de l'absurdité de la situation et de la vacuité de ce qu'il entreprend. Lui qui au départ voulait transmettre "des idées" se retrouve à singer son discours politique en se moquant de sa propre langue de bois. Son équipe ne sélectionne ses spots de campagne qu'en fonction de ce qu'ils montrent, pas de ce qu'ils disent. Au final, ses électeurs ne votent pour lui que parce qu'il est beau gosse et que "les gens beaux font des belles choses". Seule compte l'image, l'ethos. Le propos est vain, ce qui compte c'est ce que l'on dégage. Le film ne cesse de nous le rappeler. Un constat qui n'a pas pris une ride de nos jours, le débat sur la place des communicants en politique étant toujours d'actualité.

Un peu plus contestable, Mc Kay a une liaison pendant sa campagne, même si celle ci n'est que suggérée on peut penser que le réalisateur a voulu montrer qu'en faisant de la politique, Mc Kay a perdu un certain "sens moral". C'est une façon de vouloir lier l'hypocrisie de la vie publique à celle de la vie privée, mais je ne pense pas que ce soit pertinent, et que ça serve particulièrement le propos du film. De toutes façons Mc Kay sait qu'il a vendu son âme. Il suffit de voir la gueule qu'il tire quand à la fin son père lui déclare, tout fier, "félicitations mon fils, tu es un politicien".

Ce n'est pas un film révolutionnaire, la réalisation est parfois datée (notamment avec des plans pour montrer la réaction des protagonistes aux conversations qui font très seventies), et il est même paradoxalement un peu naïf par son manichéisme. Mais il plonge le spectateur dans le tumulte d'une campagne politique et on ne souffle pas un seul instant jusqu'au dernier plan du film. Un très bon film politique.

streaming film complet