Download in HD

Deadwood, le film

Téléfilm de Daniel Minahan Western et drame 1 h 50 min 23 juin 2019

Avec Timothy Olyphant, Ian McShane, Molly Parker

Dix ans après, les personnages qui ont fait la réputation de Deadwood s'y retrouvent pour célébrer l'accession du Dakota du Sud au statut d'État. Les anciennes rivalités reprennent, les vieilles blessures se rouvrent et les alliances de jadis sont mises à l'épreuve.

Critique originellement disponible sur danstoncinema.fr

12 ans plus tard, HBO s’est enfin décidée à apporter une véritable fin à LA série western phare de la chaîne, Deadwood (2004-2006). Le film a fait le choix malin de se dérouler 10 ans après les évènements de la saison 3, pour permettre au spectateur de se familiariser avec le vieillissement des personnages. Notons qu’ils sont quasiment tous là, sauf ceux dont les acteurs sont malheureusement décédés entre temps. Daniel Minahan, le réalisateur de cette conclusion tant attendue est un habitué des productions HBO (Six Feet Under, Game of Thrones, True Blood, The Newsroom…) dont la série Deadwood : il sait donc ce qu’il fait, surtout qu’il est épaulé au scénario par le créateur de la série, David Milch.

En presque 2h, ce film (ou épisode final comme on veut) prendra le temps de réintroduire ses personnages principaux sans pour autant délaisser les secondaires ce qui est suffisamment rare pour être souligné. On verra également des enfants maintenant adultes, et d’autres ayant à cœur de s’occuper de leurs récentes progénitures. Ainsi, même 12 ans plus tard le spectateur ne sera pas perdu dans cet univers rempli de personnages forts. Tout ce qui a fait le sel de la série est bien présent, des moments de tensions, du « cocksucker » bien placé ainsi que quelques passages où il faudra bien faire parler la poudre. Chaque personnage verra la conclusion de son arc narratif, et je dois bien avouer que c’est plutôt intelligemment orchestré.

Deadwood The Movie se situe à un point charnière de l’Histoire, où la modernité parvient petit à petit à venir bousculer les habitudes de vies de ses personnages dont nombreux sont hors-la-loi et donc réfractaires à la perte de leurs « libertés ». Après le chemin de fer, le temps est à l’installation du téléphone, dont les poteaux doivent traverser plusieurs propriétés… C’est là le départ (vraiment ?) des querelles dont nous serons les spectateurs.

Visuellement tout y est. Daniel Minahan et David Milch ont tout bonnement réussi à nous faire revenir à Deadwood instantanément, même si les changements dus à la modernisation de l’époque se font sentir. L’ambiance est toujours là, et nous pourrons remercier HBO de ne pas avoir pondu une fin aux rabais tant les décors et les costumes sont toujours aussi réussis. Il est évident aussi que réunir ce casting si nombreux n’a pas du être bien facile, et il est réjouissant de revoir tant de personnages familiers, et leurs très bons interprètes. Ian McShane vole toujours l’écran à chaque apparition en Al Swearengen, et Timothy Olyphant serre toujours aussi bien les dents en Seth Bullock. Brad Dourif soigne toujours les malades et les blessés, tout en se permettant de râler bien comme il faut, et on aura même droit à l’apparition de personnages secondaires tel que Mr Wu.

C’est un véritable cadeau que nous offre la chaîne câblée avec ce Deadwood The Movie, à telle point qu’il est important d’en savourer les moindres secondes car quand se pointe le générique de fin, on en reprendrait volontiers encore un peu.

streaming film complet