Download in HD

The Wilds

Série de Sarah Streicher Drame et aventure 1 saison (en cours) Prime Video 58 min 11 décembre 2020

Un groupe d'adolescentes toutes très différentes se retrouvent coincées sur une île, ignorant qu'elles font en réalité l'objet d'une expérimentation sociale très élaborée...

Voilà une série qui cache bien son jeu. Contrairement à l'habitude, on ne démarre pas avec un pilote qui vous en met plein les yeux. C'est même tout le contraire. On commence par une teen série comme tant d'autres et on manque de vite se lasser tant les ficelles sont grosses. On pense qu'on va se taper un truc survivaliste avec des filles en maillot, stéréotypées à l'extrême avec la reine de beauté, la sportive, la lesbienne, les minorités visibles (2 afro-américaines, une asiatique et une native-américaine), la rebelle, la riche pourrie gâtée et la folle. Et puis non en fait. Alors pourquoi ? D'abord un petit mot sur le scenario. Avec une narration maline et assez créative, on se retrouve vite pris dans l'histoire qui n'est pas aussi basique qu'on le pense après le premier épisode. Et cette narration bénéfice d'une qualité qui fait souvent défaut à ce genre d'exercice. Il y a, je trouve, un bon ratio entre les parties réflexives où nos protagonistes réagissent à ce qui leur arrive, apprennent à survivre ensemble sur cette île, et les parties plus "action". Qui ne s'est pas lassé des 95% de bla-bla existentiel de The walking dead quand on pourrait de temps en temps faire un peu avancer les choses. Dans The wilds, je trouve le dosage de bonne qualité, entre flash backs et l' "envers du décor". A ce titre, un gros coup de chapeau à Rachel Griffith (docteur Gretchen) qui donne à son personnage une complexité vraiment étonnante. Tantôt légère, tantôt monstrueuse, humaine et extrémiste.

Clairement, on pense à Lost, série fondatrice du genre.

Et comme dans Sa majesté de mouches (beaucoup étudié dans les facs américaines) ou l'Île aux esclaves de Marivaux, on a ici une version (originale) de l'utopie insulaire.

Et il s'agit ici d'une gynotopie (allez on prend son dico de grec où on appelle un ami ou le 50/50) pour le moins militante. Nos personnages, toutes affectées à différents niveaux par la société patriarcale vont elles arriver à une survie "féminine" ? L'expérience fascine et effraie à la fois. Cette ambigüité me parait au coeur de cette histoire. Expérience féministe, essentialisme ?...

On pense aussi bien sûr à The Truman show. Comment ne pas faire lien entre le personnage de Christof (Ed Harris) et le Dr Gretchen avec tous deux leur "God complex". En passant...la saveur de cette punchline du docteur : "I feel like Napoléon...with a cunt"

Et avec quelle maestria sont distillées les infos sur cet envers du décor que le personnage de Leah (notre Truman) traque au milieu de ses angoisses névrotiques. En fait là aussi on passe vite de ce qui est évident, son chagrin d'amour d'adolescente, à une personnalité autrement plus complexe et d'autres thèmes bien différents. Et ça fait vraiment toute la richesse de la série. Que de thèmes abordés ! : Religion et orientation sexuelle (thérapies de conversion...) Carriérisme, ambition et pression sociale. Troubles psychologiques (anorexie, énurésie) Agressions sexuelles diverses morts de proches, suicides, parents absents... Absurdité des réseaux sociaux...

J'en oublie, mais pour un truc qui s'annonçait comme une banale histoire de survie, il se trouve que The wilds révèle une toute autre complexité.

Par les portraits de ces jeunes filles de 17 ans, les deux showrunneuses de la série nous offrent un voyage assez passionnant dans le vécu des femmes américaines, leurs luttes, leurs peurs, leurs souffrances, leurs espoirs, leurs troubles, leurs réussites et leurs potentiels.

Un mot rapide sur les actrices et leur interprétation. Brillantes !

Aucune ne passe à côté. Elle partent toutes de leur rôle stéréotypé de départ pour le tirer vers des registres tour à tour surprenants, inquiétants, attendrissants, révoltants, c'est vraiment du beau boulot. On aura toutes et tous nos préférées, mais il convient de saluer le boulot de ces jeunes actrices qui, pour une fois (!!!) correspondent à des filles réelles, minces ou pas, pas toujours apprêtées, marquées par l'épreuve.

La pseudo fin appelle une saison 2 qu'il faut vraiment espérer, car si les portraits sont une belle réussite, l'intrigue laisse bien trop de questions sans réponses, et principalement en ce qui concerne l'Expérience.

streaming film complet